Autographe de Albert CAMUS

Autographe de Albert CAMUS

CAMUS Albert (1913-1960), écrivain, philosophe et dramaturge français.

L.A.S. adressée à un auteur. [Paris], 15 décembre [1947?]. 1 p. in-4.

Très belle lettre de critique littéraire à propos d'un manuscrit de poèmes et d'un roman qui lui est parvenu par l'intermédiaire de son ami l'éditeur Edmond Charlot. Désireux de lui parler comme à un camarade estimé, Camus donne son avis personnel « et par conséquent relatif » sur les nombreux poèmes qu'il a lus : ...« je préfère ceux qui traitent de la séparation. Il y a là un rythme, une vérité et une méditation qui sont efficaces. Je crois d'ailleurs avoir eu la même impression pendant l'occupation en lisant un de ces poèmes dans les Cahiers du Sud ». Le roman, quant à lui l'embarrasse davantage, le jugeant trop « commenté » et désincarné pour être publié : « j'ai lu beaucoup de manuscrits écrits en captivité et chaque fois j'ai eu la même impression : comme si la vie était regardée par le gros bout d'une lorgnette, avec le détail exagérément grossi, répété, une prolifération d'idées et de sensations qui ne sont pas réduites et dominées par la comparaison du concret ». Il attend de savoir ce que son correspondant souhaite faire de son manuscrit.

L'algérois Edmond Charlot, éditeur de Camus dont il avait fait un collaborateur et le directeur de certaines de ses collections, avait établi une maison d'édition à Paris dans les années de l'après-guerre avant de devoir abandonner pour raisons financières la capitale, retournant à Alger en 1950 où il reprend une activité de libraire-galeriste jusqu'à l'indépendance.

Le correspondant de cette lettre pourrait être le poète, romancier et essayiste Charles Autrand (1918-1976) qui avait connu Charlot à Alger dans les années précédant la guerre et qui, prisonnier en Allemagne, avait fondé dans son stalag en 1942 une revue entièrement composée à la main dont Les Cahiers du Sud avaient fait l'éloge.

Vous pourriez aimer aussi

Pièces du même auteur Pièces du même thème